Tout sur les taux du crédit immobilier en 2021

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

On observe depuis le début de l’année une baisse des taux de crédit immobilier.

Il existe certes des cas où les taux ne sont pas en baisse. Mais non seulement ces situations sont minoritaires mais dans ces cas, les taux ne bougent tout simplement pas.

Empruntis s’est penché sur trente-cinq taux du marché (cinq durée, sept régions). Parmi ceux-ci, vingt et un connaissent une baisse de -0.05 à -0.10 %. L’observe en revanche de la stabilité sur onze taux et une légère augmentation – de cinq centimes – sur trois autres.

Tout sur les taux du crédit immobilier en 2021

Le courtier a également observé le mouvement des taux muni, ceux qui sont réservés aux meilleurs profils. Parmi les trente-cinq taux observés, aucune hausse n’a été constatée. Vingt et un d’entre eux restent inchangés par rapport aux taux précédents, tandis que quatorze accusent une baisse de deux à dix centimes. Pour info, c’est en Rhône-Alpes que la baisse des taux est le plus conséquente.

Les baisses continues des taux rendent le crédit immobilier davantage accessible, y compris aux emprunteurs à revenus moyens ou même faibles. Et c’est valable dans toutes les régions de France. S’il y avait beaucoup d’incertitudes au cours de l’année 2020, marquée notamment par une crise sanitaire inédite, les choses s’améliorent considérablement en 2021. Les perspectives sont plus prometteuses, avec notamment des règles sanitaires  qui sont assouplies et une campagne vaccinale qui monte en puissance. Les banques comptent naturellement tirer profit de l’amélioration de la situation économique du pays, notamment en envoyant des signaux positifs aux emprunteurs.

Cécile Roquelaure, porte-parole d’Empruntis, explique qu’au début de l’année 2021, toutes les banques, quelle que soit la région où elles sont implantées, ont à cœur de « capter les meilleurs profils » afin de réaliser leurs objectifs. Les  établissements ont donc ainsi intérêt à ce qu’il n’y ait pas d’écart conséquents entre les taux pratiqués dans les différentes régions. En revanche, il est vraisemblable qu’ils misent sur les « écarts entre profil » pour maximiser leur chance de réussir l’année. Pour Cécile Roquelaure, le niveau de rémunération et l’apport restent des critères majeurs dont les banques tiennent comptent pour différencier les profils d’emprunteurs. Mais les établissements bancaires ne sont pas les seuls maîtres du jeu. Les clients peuvent aussi maximiser leurs chances d’atteindre leurs  objectifs en les mettant en concurrence. Voilà bien une manière intelligence et efficace d’obtenir un emprunt dans les meilleures conditions.