Est-il nécessaire de fermer son contrat d’assurance vie ?

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

D’après les résultats de l’étude annuelle de la CLCV, il est possible de trouver 224 contrats d’assurance-vie ouverts à la commercialisation, mais également fermés.


Est-il nécessaire de fermer son contrat d’assurance vie ?

Selon l’estimation de la CLCV, la performance moyenne des contrats en euros est de 1,83 % en 2018, avec une baisse de 0,13 % comparé à l’année précédente, des données similaires à celles qui ont été publiées par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution). En résumé, le rendement moyen des contrats d’assurance-vie ouverts à la souscription (1,87 %) est supérieur à celui des contrats d’assurance-vie fermés à la commercialisation (1,76 %). Devant cette situation, l’association propose aux épargnants la possibilité de transférer des contrats au sein d’une même société pour éviter d’être sanctionnés par d’anciens contrats, souvent « abusés » par les banquiers et les compagnies d’assurance qui veulent attirer de nouveaux clients.

Lors d’un transfert de contrat, l’association avance une mise en garde par rapport aux garanties proposées. Par exemple, si l’intégralité des contrats fermés à la souscription assure le capital d’investissement, alors la moitié des contrats ouverts à la souscription les proposent encore. Propice à l’investisseur, cette option stipule que lorsque vous investissez 100 euros, après avoir payé les frais d’acompte, vous avez la garantie que les 100 euros seront récupérés, peu importe les autres types de frais.

Face à la baisse des taux d’assurance-vie, la question des frais reste un sujet assez sensible. En effet, il est possible de percevoir des frais sur versements durant la souscription et au niveau des dépôts d’argent potentiels qui sont effectués ultérieurement. Pour ce qui est des frais de gestion, ils sont prélevés chaque année pendant la durée du contrat. Généralement, leurs montants changent selon les fonds sélectionnés et de leur condition de commercialisation, mais peuvent être en partie négociés. Dans un cadre pratique, la facturation des versements se fait à hauteur de 3,25 % pour les contrats d’assurance-vie fermés à la souscription, et 2,33 % pour ce qui est des nouveaux. D’après l’association, les frais sur versement connaissent une baisse significative, tandis que les frais de gestion sont en hausse. Cependant, la CLCV a conclu que les frais de gestion sont plus pénalisants à long terme.