Logement décent : l’intérêt de définir le seuil d’indécence énergétique

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Alors que l’actualité politique et la pandémie font rage sur le plan social, le projet de décret qui vise à définir le seuil d’indécence énergétique passe inaperçu.

Logement décent : l’intérêt de définir le seuil d’indécence énergétique

En vue d’introduire un critère de performance énergétique parmi les caractéristiques du logement décent, une consultation publique s’est tenue jusqu’au 32 juillet. Il repose sur la notion qui conditionne la location d’un bien. Il a pour objectif de fixer un seuil maximal de consommation énergétique par m2. Si celle-ci franchie la barre du seuil, le bien sera considéré comme indécent, avec plus 7 millions de passoires thermiques sur le territoire.

Le Président de la République Emmanuel Macron ayant rejeté une des propositions de Convention Climat qui vise à interdire la location des passoires thermiques à court terme. Son but étant d’épargner les propriétaires pauvres et les locataires sans alternative. Pourtant, Nicolas Moulin, le fondateur de PrimesEnergie.fr n’est pas de cet avis. Il estime que cela représente une belle opportunité de mieux identifier les logements prioritaires pour ainsi concentrer les efforts et réussir, en conséquence, la transition énergétique des logements.

La Convention Climat n’a fait que confirmer certaines choses que les Français savaient déjà, comme quoi « la rénovation technique des bâtiments doit être élevée au rang des priorités nationales. » Cependant, cet effort doit se concrétiser via une action globale, ainsi qu’une priorisation des actions à mettre en œuvre. Dans ce cadre, l’enjeu s’avère efficace et le nerf de la guerre, un moyen d’y parvenir. On recense, près de 7 millions de logements considérés comme des passoires thermiques, d’où l’envergure du chantier. Il sera question d’identifier les logements qui subissent au maximum d’accumulation énergétique au sein de la classe G avance Nicolas Moulin.

Pour mener à bien cette opération, il faudra concentrer les efforts sur ces logements et hiérarchiser les aides. La démarche consiste à soutenir les Français qui y sont logés. En effet, le décret répond tout à fait à un véritable enjeu. La deuxième priorité est de simplifier les démarches afin de réaliser et financer les travaux. Pour aller plus loin, il faut offrir la possibilité aux particuliers de s’adresser à un acteur unique, soit un dossier important que le prochain Ministre en charge aura à traiter. En tout cas, le fondateur de Primesenergie.fr indique qu’il est prêt à apporter tout le soutien nécessaire dans cette démarche.